ChronOnymes. Chroniques anonymes, traces de recherches, proposition.

Chrononymes – Traces et chroniques.

Proposition

Les ChronOnymes furent d’abord des chroniques anonymes – anonymes car elles ne nommaient personne, égalisant de fait tous actes, paroles, ressentis, mélangeant les positions – , rédigées au vif (politique, affectif, de la recherche), à la fois mémos, retours  de terrain fragmentaires, tous intimement liés à des situations précises et à ma propre subjectivité :  ce que je ne comprenais pas, ce qui me mettait en étonnement, en colère ou en effroi, mais aussi, simplement, l’échafaudage de petits actes et gestes synchrones ou superposés participant à l’ordinaire complexe des parcours migratoires. D’abord un retour de Calais, ensuite de petits paragraphes à propos des campements parisiens sur un ordinateur, puis des textes partagées sur facebook le jour-même, parfois retouchés au plus près de mes impressions, ces courtes chroniques ont servi de sas de suspension, de décompression, de colère. En cela, ces formes un peu bâtardes, un peu incertaines, vaguement littéraires, très courtes, souvent rédigées dans une sorte de soudaineté – des chronos cette fois-ci, des recueils dans l’ordre de la succession, étymologiquement le sens de chronique  -,  sur les lieux mêmes, se distinguent des notes de terrain, première étape d’une objectivation des faits observés, plus précises et longues. Je n’ai jamais en effet, depuis un premier séjour à Calais, pris de notes directes, carnet ouvert face aux personnes, par choix, pour éviter les défiances, pour ne pas être assignée. J’ai en revanche privilégié une micro-anthropologie de l’interaction (1) qui s’accommode d’autres formes de mémoration – une image par ex, un peu tremblante, un coin de n’importe quoi, de ciel, de sol, de table qui me permet de me rappeler les souvenirs, un mot, un geste, une impression -, sinon d’oubli. Je sais enfin aussi, à la relecture de ces instantanés désormais datés, que je ne les écrirai plus ainsi, jamais plus – c’est précisément cela qui parait intéressant, ce dévoilement de sa pensée, de sa maturation, de ses insuffisances, cette mémoire des réflexions antérieures.

Ces chroniques assument ainsi également le rôle de la chercheuse / du chercheur comme d’un.e acteur.e parmi d’autres, avec une position de tiers ambivalent, pris.e dans les rets de ses propres contradictions. Dans une écriture académique, ce “je” implicite du chercheur peut devenir méthodologique et en conséquence performatif ; dans ces chroniques, il reste biographique et permet justement une première distinction entre les registres. Du reste, d’une année sur l’autre, ce “je” disparait ou intervient seulement en arrière plan, il s’efface tout en reconnaissant sa place centrale, face, précisément, à des expériences sans commune mesure ; disons aussi qu’il déplace vers une facette du regard qui ne sera pas longtemps tenue dans l’analyse, au risque débordant de la projection, de la compassion ou d’une surpuissance attribuée à l’un ou l’autre des acteurs, soi compris. Ce sont donc des fragments, ou mieux des bouts, des trois fois rien, souvent un peu ridicules à la relecture, dont seule la répétition fait peut être sens. Peut être. Quel serait alors, dans la durée, la fonction et le statut de ces micro-chroniques ? Que faire de ces petites productions de subjectivité immédiate ?  Les conserver en les copiant sur un carnet de recherche en ligne pour entreprendre de mieux saisir leurs effets, les laisser s’effacer sur des murs cumulatifs d’actualités facebook ? Et pourquoi ne pas reproduire, ou analyser, des centaines d’autres instantanés de même nature, jetés en partage et en pature sans filet ni recul autre que l’approbation ou les commentaires des lecteurs ? Et partant, quelles seraient exactement la limite entre soi et les autres, dans le partage de ces infra-traces des raisonnements et  opinions ?

Il y a autre chose, de fait, qui ressort de l’ordre d’un souhait de dévoilement préalable. Ces petites publications, parfois inédites, médiatisées sur les réseaux sociaux pour un petit cercle, je les publie ici alors que j’entame une recherche sur les traces, traces psychiques ou traces matérielles d’une confrontation à l’exil, historisée, c’est à dire rapportée au passé, parfois tout récent, de quelques minutes dans la temporalité des réseaux sociaux, ou plus long, collectif, entre plaidoyer, appel, auto-héroisation, épuisement, mélancolie, nostalgie et dégout, embarras.  Comme tout autre, la chercheuse laisse des traces, des écritures informes, illisibles souvent et souvent oubliées,  inutiles ou bien par d’étranges ricochets de mémoration  – et des carnets de toutes tailles, et des écrits de tous genres, des transcriptions d’entretiens de toutes sortes. Tous ne sont pas intéressants, des informations sont encore non vérifiées, parfois fausses, mais tous forment des “archives vivantes” qui peuvent être saisies à leur tour, citées par fragments, détournées, instrumentalisées. Que faire également de ce qui gène, de ce qui est en trop, scories de pensée, effractions de l’émotion, heurts vis à vis d’opinions dérangeantes – en d’autres termes, de l’enfer de nos bibliothèques personnelles de recherche ?  Comment juger à dessein, explicitement, et de quelle place ?  Travailler sur les traces des autres, ceux qui étaient en déplacement, ceux qui ont fait acte de solidarité et d’accueil, c’est nécessairement, de ce point de vue, interroger en même temps la généalogie de son propre travail, ouvrir  champ commun de traces.  J’assume donc leur maladresse, leur incomplétude brute et sans paravent théorique, avec la même gène que procure une médiatisation trop hâtive, revue quelques années plus tard, que rencontrent bien d’autres, exilés ou soutiens, quand ils se retrouvent assignés à image de soi et à une parole défraichie, souvent fractionnée ou essentialisée, dans un texte, une interview ou un documentaire (et encore ne la signent t’ils pas et n’en sont-ils pas les maitres).

Ces chroniques présentées ici sont d’ailleurs décousues, nées du besoin d’une autre forme qu’académique, parfois de façon pressante, parfois non, avec de longues plages d’abandon, de notes perdues aussi. Telles qu’elles apparaissent elles sont aussi une proposition  : de collecte de ces instantanés, de croisements de subjectivités, de mise en scène de soi, de recherche sur ces micro-traces, à la vie brève, cachée, qui entourent (définissent ?) l’expérience et l’étude des faits migratoires.

 

                    AGL

Toutes les images sont miennes, sauf mention contraire.

(1) Cette méthodologie renouvelée, définie pendant le programme Liminal (ANR 2017-2021) a fait l’objet d’un texte co-écrit avec Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky : “Épilogue méthodologique. La langue et les autres. Pour une anthropologie interactionnelle de la migration” in Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration, Presses de l’Inalco, à paraitre déc. 2021 ou janvier 2022. 



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 15 août). ChronOnymes. Chroniques anonymes, traces de recherches, proposition. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search