Chronique 3. Vintimille, frontière (2). 25 Juillet 2020

25 juillet 2020.

Elle pleure en disant que ce n’est pas de perdre son travail mais celui qu’elle a au campo Roya ;

Ils disent que l’enfant était vraiment nouveau né, piccolo cosi, et qu’ils ont menacé leur chef de la police de payer eux mêmes l’hôtel ;
 
Dans le tunnel est écrit : All cops are borders.
 
Ils passent en voiture et jettent un rapide coup d’œil à la halte solidaire (le “border spot”) puis regardent obstinément la route.
 
Il photographie la nourriture et les boissons et le wifi corner pour montrer qu’il y a des gens qui se soucient de lui en Europe et il envoie cette image par delà les frontières ;
 
Il dit qu’il vient du pays où l’on mange des ignames, où il y a trop de pétrole pour qu’on les laisse tranquilles, il a un prénom d’empereur ou de général romain ;
 
Elle dit qu’elle n’est pas sure qu’elle le referait si cela recommençait, que cela prend toute la vie.
 
Ils disent qu’ils viennent distribuer de la nourriture une fois par semaine et qu’il y a deux heures trente de route à l’aller et autant au retour.
 
AGL, Initialement publiée sur FB

 



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 15 août). Chronique 3. Vintimille, frontière (2). 25 Juillet 2020. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search