Chronique 3 (4). Vintimille, frontière . 27 Juillet 2020 (suite)

27 Juillet 2020

Elle raconte que le policier a entrebâillé la porte des toilettes du train et a craché dedans, sur la femme et les deux adolescents qui y étaient cachés.

Elle dit qu’il n’y a pas d’hébergeurs citoyens dans la ville.

On dit que le campo Roya deviendra un IKEA. On ne sait pas si c’est vrai. Tout est possible.

Il y a des phrases étranges qui couvrent tout le mur devant la pizzeria, qui parlent de la France.

Elle dépose les livres sur le manège des frontières sur le bar dans son café accueillant.

Il dit qu’il ne savait pas qu’il oublierait si vite, que c’est pour cela qu’il va revenir. C’est bien d’oublier parfois, pour avancer.

A la gare il n’est pas difficile d’identifier les traffickers. Il paraît que la mafia les contrôle. Et les carabinieri sont juste en face d’eux.

AGL, Initialement publiée sur FB



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 15 août). Chronique 3 (4). Vintimille, frontière . 27 Juillet 2020 (suite). DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search