Chronique 3 (5). Vintimille, frontière. 29 Juillet 2020

29 Juillet 2020
 
 
 

Il l’a rencontré par hasard, il a réussi à passer près de la plage, après avoir plusieurs fois essayé par train, par la corniche. Il est vraiment heureux.    

Au marché, à Breil, il dit qu’il ne faut pas parler des “migrants” mais des oliviers, identité de la vallée.    

Elle le coupe en disant que le village n’a pas souffert des gens de passage, mais du manque de trains.   Elle dit aussi que personne ne vit plus de ses oliviers.  

Elle dit que c’était une autre maison, quand elle accueillait.    

Il a dit : “C’était l’Afrique dans la vallée”.

Son film s’attarde sur le nombre, les corps, le lavage dans la rivière, l’apprentissage du français, la file des marcheurs-porteurs.     Cela fait très White Savior, avec un mix du roi Lion et du livre de la Jungle (de Disney). Et la musique qui va avec. On entend même des bruits d’animaux sauvages en arrière-plan.  

Il y a aussi un type qui dessine une femme nue au milieu du camp, un peu Olympia de Manet, et qui parle de la paix dans le monde. On ne voit pas très bien le rapport.  

Et à propos d’Afrique, toujours des masques. C’est comme une malédiction un cliché.  

Elle regarde la vallée avec sa frontière horizontale, poreuse, ses entremêlements ; elle pense à Calais qui est le contraire, verticale, métallique, coupante. Aux deux mers et au contraste.

AGL, Initialement publiée sur FB



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 15 août). Chronique 3 (5). Vintimille, frontière. 29 Juillet 2020. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search