Chronique 3 (6). Vintimille, frontière. 30 Juillet 2020

30 Juillet 2020

Bus Breil-Menton, contrôle à la frontière française basse près de l’ancien Presidium No Borders et du symbole de l’infini de Michelangelo Pistolleto. Réaction : “Et c’est pour deux-trois migrants tous ces cars ?”.

Pizzeria de la frontière, son patron (blanc) à tresses grises et sales, expliquant qu’il connait tout, les agents de la PAF viennent manger chez lui, lui c’est un baroudeur qui “a fait 124 pays, chez l’habitant hein”, et que les migrants il en voit 300 passer par jour “et au moins 5 morts par jour aussi”, et il donne des ordres secs à une femme jeune, qui vient d’Afrique, probablement sa compagne, et je pense qu’il est aussi laid que la frontière et ce qui s’y passe.

Impossible de faire du stop, même avec un masque, dans ce coin peu hospitalier, la côte est raide, il fait très chaud, les voitures s’écartent. C’est la montée de celles et ceux qui sortent des locaux de la PAF.

Il y a des affichettes traduites, en cas de besoin d’aide juridique. 

La halte solidaire est très bienvenue. Il y a eu 76 “transiteurs” aujourd’hui – et pourquoi pas des “étransiteurs” en étransit ? Problèmes de chiffres, problèmes de mots. 

Elle dit qu’elle est là depuis 2015, que ça allait, que c’est la fermeture des frontières qui a créé cette situation. 

Elle passe en s’adressant à tous avec un ton enjoué : “Hello guys, need a doctor ? A nurse ? How is your body ? All ok ? Yes ? Good Luck !”. 

Plus loin il y a un homme aux yeux effrayés et une béquille qui a pris deux coups de couteau dans la jambe à Naples et dit que c’est par la Mafia. 

Plus loin encore, il y a une voie ferrée où les trains ne roulent pas la nuit. Un homme a une dysenterie qu’il n’ose pas nommer, par “honte” dit son voisin. Il lui faudrait du repos et du bouillon dit le médecin, à un autre il dit de changer tous ses vêtements et de se laver soigneusement, et tout le monde rit pour conjurer un sort où il n’y a ni bouillon, ni maison, ni douche sauf sur la plage mais la police y passe et on ne peut pas vraiment s’y laver, juste la vieille ville de Vintimille éclairée au dessus des rails, des hommes afghans, dont au moins trois mineurs, allongés sur les remblais, parmi les déchets, qui saluent l’équipe qui passe. 

Et après enfin, longue journée, manger un kebab près de la gare de Vintimile, chef-lieux des passeurs et de leurs clients, grand marché humain, et entendre un exilé tenter de négocier le prix en disant en français qu’il connait les chiens et que ce n’est pas cela qui lui fait peur dans la montagne au dessus de la frontière. 

L’infini, en effet. L’éternel recommencement de la boucle. 

AGL, Initialement publiée sur FB



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 15 août). Chronique 3 (6). Vintimille, frontière. 30 Juillet 2020. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search