Chronique 4 (2). 13 septembre 2020. Malte.

13 septembre 2020

De Malte, à travers un ami et ses amis à lui, elle reçoit des images d’une tentative pour sortir d’un centre fermé, la canalisation brutale d’hommes parqués pendant des semaines et des mois, derrière les barrières, comme du bétail.

Elle observe l’Europe se réjouir de réfléchir à mettre en place un éventuel “dispositif”, tout cela au conditionnel et à grands cris, pour 400 mineurs de Moria, Lesbos, triés parmi 13 000 personnes sans abri et affamées. Du bétail encore, parqué loin des touristes.

Depuis Calais, elle lit l’interdiction de nourrir ceux qui en sont réduits à vivre comme des bêtes, et le passage des “indésirables” aux “nuisibles”.

Et quelqu’un écrit en commentaire, sur FB : “Qui, au nom de ses opinions politiques, peut délibérément prendre sur soi d’interdire à l’homme l’accès à l’eau et à la nourriture ?”. Oui qui ?

Elle sait très bien ce qu’elle serait capable de faire si elle devait à tout prix se nourrir ou nourrir son enfant, le mettre à l’abri. Elle sait aussi que d’autres le savent tout autant.

Et sur l’envers d’un panneau publicitaire à Calais, il a écrit : “mazloom (مظلوم) – opprimé”, et depuis elle voit partout ce mot, sur les murs de Grèce, de Malte ou de France, en Italie. Opprimé – cette fois ci par l’Europe – d’une nymphe devenue cyclope éborgné.

AGL, Initialement publiée sur FB



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 16 août). Chronique 4 (2). 13 septembre 2020. Malte. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search