Chronique 4 (5), 25 septembre 2020. Partout.

25 septembre 2020

Des mots.

Elle dit – et elle est la défenseuse des droits – que les conditions sont inhumaines à Calais. Qu’interdire de distribuer à manger est contraire aux droits. Mais cette évidence, il faut la porter jusqu’au Conseil d’Etat, ses mots ne suffisent pas.

A Paris, ils/elles disent qu’il est inhumain d’empêcher de dormir femmes, enfants, hommes. Et elle pense qu’à Paris, en Hongrie, en Bulgarie, en Turquie, en Libye, partout, la nuit tous les policiers sont gris.

Y a t-il des mots pour l’enfer de Moria, pour l’inadéquation du nouveau camp obligatoire, tentes sur sol battu ? Pour les camps fermés de Malte ? Pour les camps officiels et non officiels en Libye ou aux frontières de la Mauritanie ?

Les mots manquent, le superlatif de l’enfer n’existe pas. Ou bien si, mais ce mot est terrible.Il n’y a jamais assez de mots pour l’expérience de la souffrance et face à elle, ni face à ce qu’elle produit, ni pour cette folie là, politique, ni pour les morts par abandon. Mais la pluie, le froid, et la grande nuit sur l’Europe.

AGL, Initialement publiée sur FB



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 16 août). Chronique 4 (5), 25 septembre 2020. Partout. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no8z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search