Chronique 6 (2). 30 juillet 2021. Frontières hautes.

30 juillet 2021

– Du Poste frontière de Menton : où deux familles avec 8 enfants dont deux lourdement handicapés sont refoulées par la PAF, sans qu’on leur donne de l’eau ni l’accès aux toilettes, littéralement comme des chiens – avec enfants et bagages et une montée de 11 kms à gravir – même pas reçus, un geste de la main pour les chasser;

-Du centre d’ une association internationale qui ouvre ses portes pour du repos – et les remet dehors à 18 h, sans solution – où plutôt, laisse un médiateur-pair faire ce sympathique travail ;

-De cette heure grise entre 17h30 et 18 h 30 où subitement plus personne ne répond, plus personne n’est joignable* – seuls les collectifs qui essayent de trouver des solutions malgré tout;

-Des petits qui jouent en attendant, du père qui pleure, du hurlement de l’enfant handicapé dont la mère change la couche et dont les fesses sont couvertes d’escarres;

-De la dame de l’asso historique de la région qui me demande où je me crois, que non ils n’ont pas d’argent pour des chambres d’hôtels – ils ont déjà du dormir dehors hein, et d’abord comment sont- ils arrivés là, et d’ailleurs quelles chambres ? la ville est pleine de touristes et les hôtels refusent les exilés;

-De la longue file de cette famille qui marche vers la zone de distribution près du cimetière, et des insultes ou commentaires racistes des crétins du bar – qu’heureusement ils ne comprennent pas – mais moi si ;

-Des scouts qui chantent et dansent, des exilés qui boivent trop, perdus, des compagnons – et des collectifs – de toutes les solutions esquissées , y compris illégales ( mais qu’est ce que la légalité ici ?) avant le dénouement ;

-Des deux flics italiens présents, dont l’une se met à téléphoner – et pour la première fois tout le monde se dit que quelque chose de nouveau se passe, à un niveau institutionnel, – avant qu’il ne s’avère qu’elle parlait à la femme solidaire déjà contactée ;

-Et du gamin handicapé qui hurle encore de l’autre qui rit sans s’arrêter, des mères qui pleurent de fatigue et des passeurs qui font leur business autour des dispositifs de la frontière;

-Et des personnes contactées pour traduire, parfois de très loin, pour demander de dire de faire confiance, de ne pas acheter d’improbables passages en montagne (!) – mais pourquoi feraient ils confiance alors que justement aucune proposition ne fonctionne et que de nombreuses sont faites, selon les points de vue des collectifs et associations, mais jamais dans la langue, jamais audibles ;

-Et de la solution qui vient de paroissiens extérieurs à la ville – toutes autres églises refusant -, et des évangélistes qui n’ont rien proposé mais qui en ont profité pour tenter de convertir;

-Et de bien d’autres choses encore, réactions contradictoires et actions et gens remarquables, que je ne nommerais pas pour qu’ils continuent à agir, de coups de fil en négociations;

-Et de cet absurde bordel – comment dire autrement ? , de cette colère et de cet épuisement – de cette honte terrible, au delà des mots, une fois encore.

Bienvenue dans “l’esprit de villégiature” de la Riviera- Bienvenue dans la politique migratoire de l’Europe.

* Post-scriptum : un certain nombre de personnes prendront leurs responsabilités le lendemain pour trouver une solution provisoire, informer les familles, les encourager.

ALG



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 18 août). Chronique 6 (2). 30 juillet 2021. Frontières hautes. DISPLACED. . Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/no92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search