BORDER GRAFFITI

Border Graffiti / Graffiti di confine / Graffiti des frontières est un projet qui vise à recenser, traduire et analyser les inscriptions et graffiti plurilingues trouvés aux frontières et produits par elles. L’hypothèse est qu’il existe une écriture-frontière, écriture subjective de la frontière et sur la frontière, à l’extrême limite de l’invisible et du remarquable. Graffiti, inscriptions, signes d’orientation et de topographie, traces discontinues, surgissent comme autant d’œuvres clandestines, de textes cachés (Scott 2009), de notations, issus de ce que Michel Foucault désigne comme « le heurt avec le pouvoir », fondateur de la trace des « vies brèves », « ramassées en une poignée de mots » :

« Le pouvoir qui a guetté ces vies, qui les a poursuivies, qui a porté, ne serait-ce qu’un instant, attention à leurs plaintes et à leur petit vacarme et qui les a marquées d’un coup de griffe, c’est lui qui a suscité les quelques mots qui nous en restent ». (Michel Foucault La vie des hommes infâmes, 1977).

Mazloom (« opprimé » en arabe) : le mot apparait en alphabet latin et arabo-persan sur le revers d’un panneau de publicité pour un lotissement sur la route de Gravelines à Calais, sous le pont de Vintimille, dans plusieurs chambres du Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle, ailleurs encore.

Route de Gravelines, Calais. AGL, 19/07/2020

Page facebook : https://www.facebook.com/bordersgraffiti  

Exemples

Calais

Vintimille / Menton

Briançon / Montgenèvre / Clavière / SAORGE

PARIS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search