Chronique 6 (3). 31 juillet 2021. Fall in Hell.

31 juillet 2021

De l’homme qui erre dans la ville avec sa grande peluche de tigre serrée contre lui comme un bouclier, qui vient de loin, qui boit trop pour se perdre davantage, égaré déjà – qui parle à tous, y compris aux policiers à la gare;

– De son discours décousu, de son effondrement face à un regard bienveillant, tendresse fugace contre brutalité de la frontière ;

– De ce gamin qui brise tout et tape, se tord, fiévreux, qui a trois ans, qui a dormi plusieurs nuits à la rue ;

– De sa mère, victime de violence et sans doute de traite à laquelle de jeunes activistes demandent si elle veut faire un test de grossesse ;

– Des hommes aux bras scarifiés, des automutilations, de ceux que leurs camarades d’exil désignent en pointant le doigt sur la tempe ;

– Du burn out de celle, solidaire italienne, qui s’est brulée (“cramée” dans le langage de Calais) à l’histoire sans fin, de l’usure et de l’endurance, de l’ordinaire de la frontière ;

– De la saleté, de l’odeur des lieux de relégation – ce “sol de boue, horizon de boue, gras de boue” de Césaire qui colle moins à ceux qui y sont maintenus qu’à ceux qui les y maintiennent;

– Et de ces inscriptions sous le pont, sous lesquelles dort l’homme qui n’a plus son tigre avec lui. Fall in Hell. From war to war.

Et bien d’autres.

Chronique 6 (1). 28 juillet 2021. Tourisme, migrations, Riviera.

Cette série 6 a été publiée sous forme de posts facebook, sur ma page personnelle et sur la page des ChronOnymes-Exil & migration.

28 juillet 2021

Il faut repenser les rapports entre tourisme et migration : les confondre peut être – comparer l’accueil diffèrent, la condition dissemblable, les frontières sociales multiples – mais aussi les mêmes lieux, squares, gares, plages – les objets partagés : tenues de plage, tentes qui singularisent les dormeurs nocturnes et parasols qui les protègent ; le travail formel et informel, le marché de nourriture et les grands marchés – aussi visibles – du passage et de la traite humaine, aux lucratifs profits avec la bénédiction de la mafia. Les courtes distances entre chaque pôle, les emplacements communs. Étrange gare que celle de Vintimmille où tous se croisent, devant les yeux placides des polices italienne et française- sauf à l’embarquement vers la France et sauf pour certains. Et partout visible, la Riviera française au loin – Nice et son “esprit de villégiature” vient d’être classé patrimoine mondial de l’UNESCO.

Chronique 5. 26 Décembre 2020. Noël.

26 Décembre 2020. Noël.

C’est cette inscription sur une petite tombe, celle de Yahya, 5 ans : “Il s’est noyé lors d’un naufrage. Ce n’était pas la mer, ce n’était pas le vent. C’était la politique et la peur.»

C’est le jeune père de Yahya, afghan, inculpé par la justice grecque de «mise en danger de la vie d’autrui» et «d’abandon d’enfant», parce qu’il a survécu.

C’est le nombre d’enfants noyés parce-que-migrants depuis 2015 : 700. Le nombre connu seulement. Les autres ont été engloutis. Et le monstre marin ne les recrachera pas.

C’est la multiplication de la politique de “Push back” totalement illégale, c’est à dire de refoulement des bateaux avant qu’ils n’accostent et que les personnes ne puissent demander l’asile.

C’est le rôle douteux de Frontex, l’agence européenne des garde-frontières au budget de 340 millions d’euros (d’argent public) et au bientôt 10 000 agents dans ces pratiques illégales, rôle interrogé enfin au plus haut niveau européen.

C’est un livre noir qui en rend compte.

C’est la date de parution de l’article qui évoque Yahya, le 25 décembre. Ou du moins c’est la période.

Ce sont les démantèlements des campements calaisiens la veille de Noël.

C’est la fuite en Egypte, c’est le fils de Dieu né migrant.

C’est la certitude qu’un jour ces morts accumulées, ces violences innombrables seront requalifiées en crime de masse dont il faudra répondre – et qu’alors apparaitront les stupéfaits-qui-ne-savaient-pas et les engagés de la 25e heure. Trop tard.

——-Iconographie : La fuite en Egypte, Brueghel l’ancien (1563) / Nativité, peinture éthiopienne / The Black book of Pushbacks 1 – Border Violence Monitoring Network, 2020

AGL, Initialement publiée sur FB

Chronique 4 (5), 25 septembre 2020. Partout.

25 septembre 2020

Des mots.

Elle dit – et elle est la défenseuse des droits – que les conditions sont inhumaines à Calais. Qu’interdire de distribuer à manger est contraire aux droits. Mais cette évidence, il faut la porter jusqu’au Conseil d’Etat, ses mots ne suffisent pas.

A Paris, ils/elles disent qu’il est inhumain d’empêcher de dormir femmes, enfants, hommes. Et elle pense qu’à Paris, en Hongrie, en Bulgarie, en Turquie, en Libye, partout, la nuit tous les policiers sont gris.

Y a t-il des mots pour l’enfer de Moria, pour l’inadéquation du nouveau camp obligatoire, tentes sur sol battu ? Pour les camps fermés de Malte ? Pour les camps officiels et non officiels en Libye ou aux frontières de la Mauritanie ?

Les mots manquent, le superlatif de l’enfer n’existe pas. Ou bien si, mais ce mot est terrible.Il n’y a jamais assez de mots pour l’expérience de la souffrance et face à elle, ni face à ce qu’elle produit, ni pour cette folie là, politique, ni pour les morts par abandon. Mais la pluie, le froid, et la grande nuit sur l’Europe.

AGL, Initialement publiée sur FB

Chronique 4 (1). 12 septembre 2020. Vintimille / Calais

Post-chroniques, écrites dans l’après-coup, après deux missions successives à Calais, puis à Vintimille-Menton à l’été 2020 (pour le programme Liminal).  Ce sont des posts facebook, courts.

12 septembre 2020

Post-chronique anonyme. Elle lui a envoyé la photo(*) depuis la vallée – et c’est la légende noire en bas à droite qui compte.

Ces graffitis sont nombreux. Ils disent ce qui ne se dit jamais – les invisibles peuvent-ils parler ?-, ou bien en hors champ, les subjectivités en/ de exil, les messages politiques.

Elle ajoute une image de Calais.Elle songe un appel à images, à documentation de ces graffitis des frontières.

Elle écrit cette chronique dans l’après-coup, sans réussir encore à prendre de la distance.

 

(*) Cette image, exceptionnellement, n’est pas de moi mais de Céline E., que je remercie. (Menton, 2020, courtoisie)

AGL, Initialement publiée sur FB

Displaced Objects 8 – Les gants du jardinier, par Marie Darrieussecq

 

IMG_5676J’étais à un colloque à Marseille[1]. Et je me demandais : où est le centre du monde ? Le monde a plusieurs centres pour les exilés, en particulier ceux des diasporas : Téhéran et la Little Teheran de Los Angeles, Kinshasa et Paris pour beaucoup de Congolais, Erevan et Kiev pour les Arméniens. Le centre se diffuse, ou se replante. Un autre paysage pousse comme un arbre ou un rhizome, et les exilés sont des jardiniers parfois involontaires, avec des graines sous leurs semelles. Où va se replanter la belle Alep, où se redépose Bagdad qui fut le centre d’un monde ?

Et comment s’appelle ce qui se passe en ce moment en Méditerranée, cette hécatombe-là ? La Méditerranée n’a pas de centre, à moins que son nom ne soit Lampedusa. Elle ne peut que se traverser, les graines n’y poussent pas, elle n’est pas un « endroit », elle est presque un envers. Et le Sahara : les migrants d’aujourd’hui doivent souvent franchir ces deux non-lieux, le jaune et le bleu des géographies. Ce mot migrant, ce participe présent qui n’en finit pas, comme si migrer était un état pour toujours. C’est une identité qui n’en est pas une : il faudrait la noblesse du mot voyageur, la poésie du mot exilé.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 8 – Les gants du jardinier, par Marie Darrieussecq »

Displaced Objects 6 – Le roman français, par Olivier

OB.png
Roman français sur nappe hongroise. Illustration de couverture JNG 1968. Droits réservés (c) Le Livre de Poche, avec leur aimable autorisation.

Au cours de ses études de langue et littérature françaises, dans un contexte de censure et de dictature communiste, ma mère a été amenée à lire le roman de Jean-Pierre Chabrol, Un homme de trop, paru en 1958, au programme du lycée. Il a été écrit en hommage à la Résistance que l’auteur avait ralliée. L’histoire se situe en France occupée, dans les Cévennes. On retrouve les thèmes favoris de Chabrol comme cadre du récit : la vie des gens des classes populaires, la beauté de la nature et sa région natale. On pourrait définir le scénario comme un cas de conscience des Résistants suite à un malheureux hasard, autour d’une décision qu’ils n’arrivent pas à prendre. C’est au sujet d’un prisonnier supplémentaire évadé avec leur groupe, dont on ignore s’il l’a rejoint par le plus grand des hasards ou si c’est une ruse des Allemands. Ceux-ci leur auraient-ils collé un espion qui pourrait les trahir ? Cet homme a une apparence de faible d’esprit et suscite à la fois pitié et méfiance chez les Résistants qui ne savent que faire de cet encombrant personnage. Il cause finalement leur perte.

Ma mère m’avait parlé de ce roman qu’elle avait apprécié. Dans les années 1990, j’avais eu l’idée de retrouver ce livre dont elle m’avait donné son titre légèrement différent dans sa traduction hongroise, Un homme en plus, dans une édition de 1968. Je le lis hors obligation scolaire. Puis je me rends compte qu’il était au programme de ma mère car on lui imposait une littérature de même couleur politique. La « diversité » venait des différentes façons d’aborder les thématiques marxisantes.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 6 – Le roman français, par Olivier »

Displaced Objects 2 – Les bâtons de manioc, par Kidi Bebey

miondoMes parents ont vécu plus des deux tiers de leur vie à distance de leur Cameroun natal. À chaque fois que je cherche à trouver un mot susceptible de résumer leur statut en France, les termes communément en usage comme « émigrés », « immigrés », « exilés », « travailleurs étrangers », « expatriés » me paraissent tous, pour des raisons diverses, inappropriés. Quel terme employer pour des gens nés en Afrique au début des années 1930, qui ont quitté leur pays comme boursiers pour aller étudier en France, qui ont fait couple, ont ensuite fait famille et ont au bout du compte passé la majeure partie de leur existence hors de l’espace qui les avait vus naître ? Je dirai d’eux, faute de mieux, qu’ils étaient « éloignés », comme peut s’éloigner puis disparaître au loin un paquebot, derrière la ligne d’horizon maritime. Pour ceux qui sont partis, la réalité de l’espace laissé derrière soi commence alors à se modifier. Flouté par la distance et le temps, le pays d’origine se recompose en un kaléidoscope de souvenirs mêlant les faits réels et les images réinventées, l’usage de la langue, les anecdotes et récits familiaux, la musique, les coutumes conservées, les habitudes alimentaires…

Née et scolarisée en France, j’ai reçu par transitivité cet ailleurs éloigné. Et alors que j’aurais pu le laisser s’effacer derrière la ligne d’horizon des frontières françaises, j’ai au contraire prolongé à ma manière cet héritage en entretenant, restaurant et chérissant bien souvent l’idée de ma terre d’origine, en l’élargissant même à un territoire africain plus vaste que le seul Cameroun, en faisant de « l’Afrique » tour à tour un objet d’étude, un espace de travail et de voyages. Une part d’intimité indicible se mêle à cette (ré)appropriation culturelle. Je n’en connais pas le dosage exact, mais il m’arrive de la sentir tout particulièrement affleurer lorsque j’ai le sentiment qu’on la bouscule. Je prendrai ici en exemple deux occasions lors desquelles je me suis sentie ainsi déstabilisée par  l’usage fait d’une spécialité alimentaire appelée miondo ou bâton de manioc.  Il peut sans doute paraître curieux de considérer comme objet un mets culinaire, certes élaboré, mais dédié à une finalité éphémère. C’est pourtant « l’objet déplacé » qui me préoccupe ici.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 2 – Les bâtons de manioc, par Kidi Bebey »

Le projet Displaced Objects – appel à textes

 Displaced Objects, en abrégé DO, est un projet personnel ouvert en décembre 2015. Il est né de l’observation suivante : nombre de récits d’exil  et de migration s’articulent à un objet-mémoire, comme en atteste une abondante littérature et des entretiens menés dans plusieurs terrains de l’exil actuel. L’objet offre le moyen de décentrer les récits, de déjouer les contraintes pesant sur les narrations, que celles-ci soient administratives ou produites par les attentes croisées entre exilés et installés. L’artefact y apparaît comme un nœud d’affects et d’imaginaires, un ancrage spatio-temporel et biographique ; il participe des savoir-faire et des savoir-être de l’exil, exceptionnel au seul sujet. L’objet est ainsi le prétexte d’une déambulation active, une mémoration selon le beau terme ancien peu usité aujourd’hui.  Il  relève aussi de ce qui résiste, de ce reste qui fait trace – non seulement l’objet emporté, mais aussi l’objet acquis en route, transporté, utile dans le parcours, mais aussi l’objet volé ou détruit, abandonné, l’objet absent, regretté. En ce sens, l’objet déplacé est un objet inattendu – dans sa matérialité aussi bien que dans les significations et affects qui s’y inscrivent. Il n’est plus tout à fait un objet, il est bien plus qu’un objet matériel, il est une chose qui participe de l’expérience du sujet – une “chose en personne” (Bonnet 2015), mais aussi une chose politique.

50 textes ont été publié dans les trois premières années du projet, arrivant par vagues après de longs silences, ou régulièrement espacés. Dans son ensemble, l’objectif de ce projet est de collecter, éditer et publier en ligne un corpus de courts textes articulés autour d’un objet et d’une expérience de l’exil (appels à textes ci-dessous). Les contraintes formelles sont mineures : les récits ne doivent pas dépasser trois ou quatre pages, un objet central doit être mis en évidence, figurer sur le titre et sur l’image. L’appel à textes est présenté en plusieurs langues, français et anglais, mais aussi russe, arabe, italien et de la même façon, ceux-ci peuvent être rédigés en toutes langues, accompagnés d’une traduction française ou anglaise. Échos des variations et des réélaborations de l’expérience, les formes narratives et les styles sont toujours respectés. Enfin, les textes sont mis en ligne au fur et à mesure de leur arrivée et de leur édition, dans un aléatoire qui est précisément celui de l’exil.  

Le magazine  De ligne en ligne # 20 de la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou a publié un cahier central de 5 pages en  mars 2016 

do bpi
De ligne en ligne, revue de la BPI, mars 2016

 

17 autres textes sont publiés dans l’ouvrage collectif L’objet de la migration, le sujet en exil (Presses Universitaires de Nanterre, nov. 2020)

Une publication de l’ensemble des textes, enrichis par de nouvelles contributions en prévue en 2021-2022.Le projet est donc toujours ouvert.

Alexandra Galitzine

Appel à textes : 

Continuer la lecture de « Le projet Displaced Objects – appel à textes »

Displaced

DISPLACED est un carnet de recherche personnel qui porte sur différentes formes de déplacement de personnes (migration, exil), d’ objets (culture matérielle), de sujectivités – sur mes thématiques de recherche. Son objectif est d’aborder conjointement les représentations des sujets et des objets, de croiser et comparer les régimes de valeurs qui s’attachent aux uns et aux autres – objets magnifiés, célébrés, reliques / sujets disqualifiés ou encore objets et sujets disqualifiés, lorsque la notion de “rebut” ou de “reste” atteint, par exemple, le corps des personnes en déplacement. “Displaced” est utilisé en référence aux “displaced persons” (DP) de la Seconde guerre mondiale. Le choix de la désignation anglaise, délibéré, ouvre un spectre de significations plus large que la circulation, le transfert, l’aller-retour ou le déplacement  – ce que signale la reprise du préfixe dis– latin qui exprime l’éloignement, la cessation ou la négation et connote une situation de non-retour à une situation d’origine. Dans cette perspective, le déplacement est un changement, potentiellement un écart, à tout le moins une mise en tension de normes ou d’habitudes, un déséquilibre ou une discontinuité, il évoque la migration, l’exil, les situations de rupture.  Les objets en déplacement concernent ainsi, dans cette perspective, aussi bien les artefacts transportés avec les sujets en migration que les œuvres restituées ou les objets-métaphores d’une expérience de l’exil. Le carnet accueille ainsi les courts textes du projet Displaced Objects,  un projet plus récent sur les Border Graffiti, Graffiti di confine, Graffiti des frontières ainsi que le projet sur les traces et leur chronique. Le carnet publiera également des comptes-rendus de lectures, des références et ressources, des billets de blog et d’actualités, ainsi que des textes et images invités.  

Alexandra Galitzine Loumpet

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search