Displaced Objects 12 – Le bois des épaves, par Evelyne Ritaine

 

b3ec3f6d-120d-42d1-990f-30ae07328cb8
(c) Paolo Cuttita, Cimetière des Bateaux, Lampedusa 2010, avec son autorisation.

A Lampedusa, île épicentre des tragédies migrantes en Méditerranée, la mer rejette à la côte des rebuts matériels et des rebuts humains qui y poursuivent un dialogue englouti : des objets personnels, des pièces de bateaux, des cadavres, des survivants [1].

Sur l’île, les morts sont déposés et triés dans un local de médecine légale ; les survivants sont rassemblés et triés dans un centre dit d’accueil ; les objets perdus et les barques naufragées sont stockés sur un terrain vague, que l’usage a fini par nommer « le cimetière des bateaux » [2]. Les îliens vivent, dans un grand désarroi, ces drames de la migration depuis plusieurs décennies.

Les objets naufragés sont parfois récupérés grâce au glanage (l’activité de ceux qui créent à partir des rebuts [3]) pratiqué par des habitants qui fouillent les sites de décharge  : s’y entassent des effets personnels des migrants, seules traces de leur existence, et les restes des barques naufragées ou saisies aux passeurs. Au fil du temps, ces débris matériels sont devenus, pour certains îliens, des objets transitionnels de leurs émotions face à la succession des naufrages : ici le rebut unit, symboliquement, le migrant et l’îlien. Parmi les objets naufragés, les planches des épaves, aux couleurs de Méditerranée, entament alors un parcours d’essence magique.

Célébration. Les planches des épaves servent à la célébration de la mémoire des disparus et de la souffrance des survivants. Un menuisier de l’île a ainsi commencé un jour à ramasser les planches des barques abandonnées pour en faire de petites croix de bois : « J’ai eu l’idée d’utiliser le bois des épaves de la décharge pour tailler une croix comme symbole de ce qu’on ne voulait pas faire voir ». Lors de la visite apostolique du pape François sur l’île, en juillet 2013, le même menuisier a taillé les objets du culte dont une croix pastorale faite du bois des épaves. Il a aussi construit une grande croix de procession qui a été bénie par le pape et qui a entrepris, en 2014, un périple dans les diocèses italiens, transportant avec elle la mémoire des disparus du naufrage d’octobre 2013 sur les rives de Lampedusa [4]. Cette symbolique de la croix, au-delà de sa signification religieuse, porte ici le sens universel de la souffrance de tous : pour l’artisan, elle symbolise la vie et parle de renaissance.

Protestation. Le bois des épaves sert aussi une forme de protestation civile qui s’efforce de conserver les traces des migrants passés par l’île, disparus ou survivants. Un artiste et musicien de l’île, qui est aussi activiste politique, a glané des objets personnels des migrants et des pièces de bois d’épave dont il a commencé à faire des installations (la première, en 2005, faite d’un texte en arabe et de bois d’épave s’intitule Verso Lampedusa : Vers Lampedusa) : « ma passion pour les déchets, pour les rebuts, m’a porté souvent à fréquenter les décharges. Cette année-là je fréquentais celle de la via Imbriacola, cette zone où se trouve aussi le centre « d’accueil », autre décharge, mais de vies humaines [5]« . Ses trouvailles ont inspiré au collectif militant Askavusa (pieds-nus en dialecte sicilien) l’idée de créer Porto M, un lieu d’exposition informel des objets de migrants retrouvés au fil des années sur les côtes de l’île (des gourdes, des sachets de thé, des chaussures, des gilets de sauvetage, des corans et des bibles, des cassettes de musique, des lettres et des photos, etc.) : ces objets parlent de vies perdues et portent la mémoire de ceux qui ont tenté le passage. La façade de ce lieu a été comme transformée symboliquement en barque, grâce aux planches multicolores des épaves qui la recouvrent.

Dans les efforts de ces veilleurs de mémoire [6], les migrants sont absents, disparus en mer ou errants sur les routes européennes. Quelque chose s’est passé cependant, à l’autre bout de l’Europe, qui a transfiguré le bois des épaves en objet de vie et ainsi bouclé une boucle symbolique.

Transfiguration. A Berlin en 2013, cinq jeunes réfugiés d’origine africaine, débarqués à Lampedusa en 2011, étaient sans abri depuis deux ans. Ils ont croisé la route d’un jeune architecte allemand [7] : dans le centre artistique « Schlesische 27 », où sont accueillis des sans-abris, celui-ci devait les aider à fabriquer des meubles pour la pièce qui leur était allouée. Comprenant que le plus important pour eux allait être de trouver un travail et de commencer une intégration sociale, lui et une de ses collègues ont entrepris avec eux de créer une entreprise solidaire de formation professionnelle et de fabrication de meubles, Refugees Company for Crafts and Design, appelée aussi Cucula (en langue haoussa : « faire ensemble, prendre soin les uns des autres »). Pour les activistes, il s’agit de créer un environnement favorable à l’autonomie personnelle (empowerment) de ces migrants.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 12 – Le bois des épaves, par Evelyne Ritaine »

Chronique 6 (5). 11 août 2021. Vif de l’exil.

11 août 2021

– De ce vif de l’exil, qui est le vif de la vie, qui est le vif de la survie, de ses effets sur ceux qui le vivent, dedans ou face ; et au contraire de ceux qui ont tout mais qui trouvent encore moyen de tout discuter, laids de toute leur absence au monde tel qu’il est aujourd’hui ;

– Des gens remarquables, des associations et des collectifs dans l’extraordinaire diversité de leurs motivations, qui parfois se connaissent mal mais qui concourent tous à cet écosystème à la fois souple et précaire imposé par les politiques de frontières ;

– De tous ceux qui, parfois très tôt et souvent très tard, se lèvent pour répéter les mêmes gestes et aussi des gestes en plus, de l’attention en plus, si souvent cruciale ; de la chance aussi, d’avoir rencontré quelques uns de ces gens là ;

– De celle, remarquable, qui a passé cette frontière de la vie plate, de la vie légère, qui l’a franchie avec sa propre puissance de vie, sa force de croisement, saisie au vif des vies qu’elle reconnait tout aussi puissantes – et des autres comme elle à Vintimille, à Calais, à Briançon, ailleurs qui se trouvent ainsi au centre des mondes, au centre de ce monde.

– De celui, âgé maintenant mais qui travaille depuis ses 13 ans, qui a choisi de ne préparer pour la distribution que ce qu’il peut manger lui-même, rien d’avarié, aucun aliment à la limite du comestible, parce que dit-il “ce ne sont pas des bêtes”;

– De celle qui ne sait plus comment elle va continuer, son lieu d’hospitalité menacé ; de ceux qui sont en colère et cherchent à le demeurer parce que toute colère est politique, comme toute vigilance ;

– De ceux dont le statut n’est pas toujours assuré, mais qui travaillent à rendre les informations et les choix intelligibles, au delà de la traduction et au risque des effets miroirs et de leurs propres peines ;

– De celui dont s’écroule la défense patiemment érigée et qui s’écrie que ce gosse là, pourquoi lui, crame tout, le prend, lui donne la terrible envie de l’emmener lui et sa mère, de lui donner une vraie vie, qu’il ne dort plus, qu’il brule de son impuissance à pouvoir ;

De tous ceux et toutes celles que les frontières font rebondir, repoussent, humilient inutilement ;

– Et au fond, de cette paradoxale “chance” d’être né d’un ventre de femme en Europe – alors que ses étoiles palissent et deviennent autant de taches.

 

Chronique 6 (3). 31 juillet 2021. Fall in Hell.

31 juillet 2021

De l’homme qui erre dans la ville avec sa grande peluche de tigre serrée contre lui comme un bouclier, qui vient de loin, qui boit trop pour se perdre davantage, égaré déjà – qui parle à tous, y compris aux policiers à la gare;

– De son discours décousu, de son effondrement face à un regard bienveillant, tendresse fugace contre brutalité de la frontière ;

– De ce gamin qui brise tout et tape, se tord, fiévreux, qui a trois ans, qui a dormi plusieurs nuits à la rue ;

– De sa mère, victime de violence et sans doute de traite à laquelle de jeunes activistes demandent si elle veut faire un test de grossesse ;

– Des hommes aux bras scarifiés, des automutilations, de ceux que leurs camarades d’exil désignent en pointant le doigt sur la tempe ;

– Du burn out de celle, solidaire italienne, qui s’est brulée (“cramée” dans le langage de Calais) à l’histoire sans fin, de l’usure et de l’endurance, de l’ordinaire de la frontière ;

– De la saleté, de l’odeur des lieux de relégation – ce “sol de boue, horizon de boue, gras de boue” de Césaire qui colle moins à ceux qui y sont maintenus qu’à ceux qui les y maintiennent;

– Et de ces inscriptions sous le pont, sous lesquelles dort l’homme qui n’a plus son tigre avec lui. Fall in Hell. From war to war.

Et bien d’autres.

Displaced Objects 9 – Le dictionnaire, par Nada Abillama-Masson

 

unnamedDes livres et un dictionnaire dans un pupitre d’une école à Hazmieh, bourgade de la capitale de Beyrouth, qui connurent un sort similaire à celui du pays dans lequel ils séjournaient.

J’en étais à ma quatrième école, mon quatrième changement d’établissement. Censé être le dernier, mes parents avaient enfin trouvé l’encadrement et l’enseignement satisfaisants. Le soulagement, pour eux comme pour moi, la solitaire que je devenais à chaque nouvelle rentrée, perdue, à l’affût de la nouvelle camarade à trouver.

L’achat annuel de nouveaux manuels signaient mon ascension vers les classes supérieures. Un livre, un seul, gros, épais, volumineux, restait fidèle à lui-même malgré les rides des années et des changements de classe. Compagnon indispensable, il prenait place parmi eux, dans un cartable effroyablement alourdi avant de se loger dans nos pupitres, nous soulageant de leur poids à nous faire plier en deux. Il faisait de moi, du haut de ma petite taille, quelqu’un d’important. Mes lunettes plus grosses que mon visage me conféraient cette image d’une petite fille décalée.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 9 – Le dictionnaire, par Nada Abillama-Masson »

Displaced Objects 8 – Les gants du jardinier, par Marie Darrieussecq

 

IMG_5676J’étais à un colloque à Marseille[1]. Et je me demandais : où est le centre du monde ? Le monde a plusieurs centres pour les exilés, en particulier ceux des diasporas : Téhéran et la Little Teheran de Los Angeles, Kinshasa et Paris pour beaucoup de Congolais, Erevan et Kiev pour les Arméniens. Le centre se diffuse, ou se replante. Un autre paysage pousse comme un arbre ou un rhizome, et les exilés sont des jardiniers parfois involontaires, avec des graines sous leurs semelles. Où va se replanter la belle Alep, où se redépose Bagdad qui fut le centre d’un monde ?

Et comment s’appelle ce qui se passe en ce moment en Méditerranée, cette hécatombe-là ? La Méditerranée n’a pas de centre, à moins que son nom ne soit Lampedusa. Elle ne peut que se traverser, les graines n’y poussent pas, elle n’est pas un « endroit », elle est presque un envers. Et le Sahara : les migrants d’aujourd’hui doivent souvent franchir ces deux non-lieux, le jaune et le bleu des géographies. Ce mot migrant, ce participe présent qui n’en finit pas, comme si migrer était un état pour toujours. C’est une identité qui n’en est pas une : il faudrait la noblesse du mot voyageur, la poésie du mot exilé.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 8 – Les gants du jardinier, par Marie Darrieussecq »

Displaced Objects 6 – Le roman français, par Olivier

OB.png
Roman français sur nappe hongroise. Illustration de couverture JNG 1968. Droits réservés (c) Le Livre de Poche, avec leur aimable autorisation.

Au cours de ses études de langue et littérature françaises, dans un contexte de censure et de dictature communiste, ma mère a été amenée à lire le roman de Jean-Pierre Chabrol, Un homme de trop, paru en 1958, au programme du lycée. Il a été écrit en hommage à la Résistance que l’auteur avait ralliée. L’histoire se situe en France occupée, dans les Cévennes. On retrouve les thèmes favoris de Chabrol comme cadre du récit : la vie des gens des classes populaires, la beauté de la nature et sa région natale. On pourrait définir le scénario comme un cas de conscience des Résistants suite à un malheureux hasard, autour d’une décision qu’ils n’arrivent pas à prendre. C’est au sujet d’un prisonnier supplémentaire évadé avec leur groupe, dont on ignore s’il l’a rejoint par le plus grand des hasards ou si c’est une ruse des Allemands. Ceux-ci leur auraient-ils collé un espion qui pourrait les trahir ? Cet homme a une apparence de faible d’esprit et suscite à la fois pitié et méfiance chez les Résistants qui ne savent que faire de cet encombrant personnage. Il cause finalement leur perte.

Ma mère m’avait parlé de ce roman qu’elle avait apprécié. Dans les années 1990, j’avais eu l’idée de retrouver ce livre dont elle m’avait donné son titre légèrement différent dans sa traduction hongroise, Un homme en plus, dans une édition de 1968. Je le lis hors obligation scolaire. Puis je me rends compte qu’il était au programme de ma mère car on lui imposait une littérature de même couleur politique. La « diversité » venait des différentes façons d’aborder les thématiques marxisantes.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 6 – Le roman français, par Olivier »

Displaced Objects 5- Le plat, par Marina Gorboff

plat (2)
Plat peint par Sophie Gorboff

Avant de devenir des objets déplacés, ils ont été des objets aimés et en cela, ils nous concernent tous, qu’ils aient été emportés par nos parents lors de leur fuite ou qu’ils soient liés aux drames ou aux jours heureux de nos vies depuis longtemps normalisées. Car nos propres « objets-mémoire » possèdent un pouvoir évocateur aussi puissant que ceux des exilés.

Mais ces hommes qui, dans la hâte et la confusion, ont un jour choisi quelques objets précieux, chers à leur cœur ou monnayables, avant de jeter un dernier regard sur ce qui fut leur maison et, au-delà, leur pays, ont investi ces objets de tant de sentiments exacerbés par leur malheur et une mémoire commune – douleur d’un départ forcé, souvenir des horreurs de la guerre civile (la pire de  toutes), mort d’amis ou de membres de la famille, amertume de la défaite, appréhension du saut dans l’inconnu et choc de l’exil – que leur puissance évocatrice dépasse le drame personnel d’un individu.

Continuer la lecture de « Displaced Objects 5- Le plat, par Marina Gorboff »

L’objet de la migration, le sujet en exil

Sous la direction de Corinne Alexandre-Garner et Alexandra Galitzine-Loumpet
Presses universitaires de Nanterre, novembre 2020
Cet ouvrage collectif de la collection « Chemins Croisés » propose de partir des objets de la migration pour appréhender la condition des sujets en exil. Tour à tour vestiges, déchets ou reliques, rares ou courants, les objets rapportent la pluralité des lieux, des frontières aux campements, des espaces de soin psychique aux scènes littéraires et visuelles, de la maison au musée. À l’inverse, l’expérience de la migration transforme les objets, leurs fonctions et usages techniques et sociaux. Selon les situations, un rasoir ne sert plus à raser, un saz est bien plus qu’un instrument de musique, une peluche est autre chose qu’un jouet. Les objets mettent ainsi au jour les savoir-faire et savoir-être des exilés tout autant qu’ils rapportent les violences politiques et servent d’ancrages mémoriels. Hors de l’expérience des sujets, certains deviennent emblématiques des représentations des phénomènes migratoires, à l’instar du gilet de sauvetage, plus symbole de mort que de vie. C’est précisément l’objet de ces contributions multidisciplinaires que d’interroger l’existence d’une culture matérielle de la migration et dans la durée d’une langue matérielle de l’exil, de montrer en quoi l’objet fait trace et comment il fait place au sujet.
Prologue – Barbara Cassin
Avant-propos – Corinne Alexandre-Garner
Introductions
Ce qui reste des vies, des lieux, et des objets de la migration-
Michel Agier
De/dans et de/hors : objets et sujets dans la migration et l’exil-
Alexandra Galitzine-Loumpet

Objets vécus
Métamorphoses de l’absence. Le gilet de sauvetage – Eugénia Vilela
L’Île 88- Chowra Makaremi
Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier – Anouche Kunth
Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile – Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky
Des cadeaux et des exilés : une clinique du présent – Laure Wolmark
De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé – Olivier Douville
L’amulette – Saskia Cousin
Disques de musique classique et haut-parleurs : le refus du statut de migrant d’un libanais installé à Malte- Virginia Monteforte & Elise Billiard-Pisani
Le banc public, une infrastructure de/dans la migration-Anna-Louise Milne

Objets narrés
La tristesse des meubles : motion et émotions des objets dans Kétala de Fatou Diome – Catherine Mazauric 

L’usage symbolique du monde des objets dans La Valise de Sergueï Dovlatov- Catherine GéryDe la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : exil e(s)t poésie –Kadhim Jihad Hassan
Le kandjar et le fez dans America, America d’Elia Kazan – Esther Heboyan
À la recherche du lieu perdu, le tapis – Cécile Oumhani

Displaced objects
Displaced objects, le musée déplacé de l’exil – Alexandra Galitzine-Loumpet
Le cahier de noms – Agathe Nadimi
L’acte de naissance – Lancine C.
La carte mémoire – Adama K.
Clavier A Đ E R T Y – Myriam Dao
Le livre de recettes. De Prusse à Lahore, un livre de recettes juives en exil – Gerden Jonker
La soupière – Alexis Obolensky
Les cuillères – Luiz Eduardo Prado
Les trois verres  – Gabriella Zalapì
La pierre –Léda Mansour
Le châle vert de ma grand-mère –Nisrine Al Zahre
La peluche– Elzbieta Neyman
Le saz – Emilie Da Lage & Beshwar Hassan
Les valises – Rachel Cohen
Le miroir. D’une rive l’autre – Claire Reverchon
Le taleth – Gilbert Cabasso
L’icône – Hélène Jenny-Galitzine

En guise de conclusions…
Le bois des épaves  – Evelyne Ritaine
Subjectiver des objets – Christiane Vollaire

Notices bio-bibliographiques
Résumés/Abstracts

 

Continuer la lecture de « L’objet de la migration, le sujet en exil »

Displaced

DISPLACED est un carnet de recherche personnel qui porte sur différentes formes de déplacement de personnes (migration, exil), d’ objets (culture matérielle), de sujectivités – sur mes thématiques de recherche. Son objectif est d’aborder conjointement les représentations des sujets et des objets, de croiser et comparer les régimes de valeurs qui s’attachent aux uns et aux autres – objets magnifiés, célébrés, reliques / sujets disqualifiés ou encore objets et sujets disqualifiés, lorsque la notion de “rebut” ou de “reste” atteint, par exemple, le corps des personnes en déplacement. “Displaced” est utilisé en référence aux “displaced persons” (DP) de la Seconde guerre mondiale. Le choix de la désignation anglaise, délibéré, ouvre un spectre de significations plus large que la circulation, le transfert, l’aller-retour ou le déplacement  – ce que signale la reprise du préfixe dis– latin qui exprime l’éloignement, la cessation ou la négation et connote une situation de non-retour à une situation d’origine. Dans cette perspective, le déplacement est un changement, potentiellement un écart, à tout le moins une mise en tension de normes ou d’habitudes, un déséquilibre ou une discontinuité, il évoque la migration, l’exil, les situations de rupture.  Les objets en déplacement concernent ainsi, dans cette perspective, aussi bien les artefacts transportés avec les sujets en migration que les œuvres restituées ou les objets-métaphores d’une expérience de l’exil. Le carnet accueille ainsi les courts textes du projet Displaced Objects,  un projet plus récent sur les Border Graffiti, Graffiti di confine, Graffiti des frontières ainsi que le projet sur les traces et leur chronique. Le carnet publiera également des comptes-rendus de lectures, des références et ressources, des billets de blog et d’actualités, ainsi que des textes et images invités.  

Alexandra Galitzine Loumpet

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search