Chronique 5. 26 Décembre 2020. Noël.

26 Décembre 2020. Noël.

C’est cette inscription sur une petite tombe, celle de Yahya, 5 ans : “Il s’est noyé lors d’un naufrage. Ce n’était pas la mer, ce n’était pas le vent. C’était la politique et la peur.»

C’est le jeune père de Yahya, afghan, inculpé par la justice grecque de «mise en danger de la vie d’autrui» et «d’abandon d’enfant», parce qu’il a survécu.

C’est le nombre d’enfants noyés parce-que-migrants depuis 2015 : 700. Le nombre connu seulement. Les autres ont été engloutis. Et le monstre marin ne les recrachera pas.

C’est la multiplication de la politique de “Push back” totalement illégale, c’est à dire de refoulement des bateaux avant qu’ils n’accostent et que les personnes ne puissent demander l’asile.

C’est le rôle douteux de Frontex, l’agence européenne des garde-frontières au budget de 340 millions d’euros (d’argent public) et au bientôt 10 000 agents dans ces pratiques illégales, rôle interrogé enfin au plus haut niveau européen.

C’est un livre noir qui en rend compte.

C’est la date de parution de l’article qui évoque Yahya, le 25 décembre. Ou du moins c’est la période.

Ce sont les démantèlements des campements calaisiens la veille de Noël.

C’est la fuite en Egypte, c’est le fils de Dieu né migrant.

C’est la certitude qu’un jour ces morts accumulées, ces violences innombrables seront requalifiées en crime de masse dont il faudra répondre – et qu’alors apparaitront les stupéfaits-qui-ne-savaient-pas et les engagés de la 25e heure. Trop tard.

——-Iconographie : La fuite en Egypte, Brueghel l’ancien (1563) / Nativité, peinture éthiopienne / The Black book of Pushbacks 1 – Border Violence Monitoring Network, 2020

AGL, Initialement publiée sur FB

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search