Chronique 6 (4). 2 août 2021. Street life.

2 août 2021

– Du curieux système de la gare de Vintimille, de son étrange partage des quais, en vis à vis et en complément ;

– De la police italienne ou française à la sortie de l’escalier contrôlant certains, au faciès, interdisant l’accès au train vers Menton et Nice ;

– Des bouts de quai, tenus par des passeurs, assis là toute la journée, repérant ceux qui arrivent, ceux qui essayent de monter, proposant ou imposant leurs services, notamment aux plus vulnérables, notamment aux femmes :

– De l’un d’eux, dont la justification est la non-prise en charge, mais qui ne vient jamais aux rendez-vous avec les juristes proposés, et dont le tee-shirt porte l’inscription suivante, en trois bandes : “Street life / Make the Money / The Power”;

– De la porosité du “passeur”, figure multiple, de celui qui détient une information aux réseaux de traite; des revenus de ce business qui prospère autour de la fermeture des frontières ;

– De la répartition par origine géographique des uns et des autres, et en conséquence des différents points de regroupements dans la ville, des marchés du jour et de ceux du soir ;

– De l’impunité et du laisser faire de la police italienne qui ne peut les ignorer pourtant, de l’ombre souvent évoquée de la puissante ‘Ndrangheta ;

– De l’absurdité de ce “manège des frontières” – désengorger la ville d’un côté, bloquer le passage de l’autre ;- De sa dureté et de son élasticité mélangées, des façons de “rebondir” comme une balle contre ces dispositifs- c’est l’expression en arabe du Soudan.

– Des tactiques, des stratégies, de l’argent, de la fatigue, de l’inanité

– de la profonde différence entre le fait d’arriver et celui de repartir. A Vintimille, à Calais, à Oulx ailleurs encore.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search