Chronique 4 (1). 12 septembre 2020. Vintimille / Calais

Post-chroniques, écrites dans l’après-coup, après deux missions successives à Calais, puis à Vintimille-Menton à l’été 2020 (pour le programme Liminal).  Ce sont des posts facebook, courts.

12 septembre 2020

Post-chronique anonyme. Elle lui a envoyé la photo(*) depuis la vallée – et c’est la légende noire en bas à droite qui compte.

Ces graffitis sont nombreux. Ils disent ce qui ne se dit jamais – les invisibles peuvent-ils parler ?-, ou bien en hors champ, les subjectivités en/ de exil, les messages politiques.

Elle ajoute une image de Calais.Elle songe un appel à images, à documentation de ces graffitis des frontières.

Elle écrit cette chronique dans l’après-coup, sans réussir encore à prendre de la distance.

 

(*) Cette image, exceptionnellement, n’est pas de moi mais de Céline E., que je remercie. (Menton, 2020, courtoisie)

AGL, Initialement publiée sur FB

Chrononyme 2 – Dedans / Dehors, Paris novembre- décembre 2017

Ces petits paragraphes n’ont jamais été publiés, retrouvés dans le puit sans fond d’un disque dur. Ils ont été commencés comme une pulsion en novembre 2018, lors d’un terrain dans les campements nords-parisiens (dehors) et dans le Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle (dedans) dans le cadre de l’ANR LIMINAL.  Ils ont aussi une forme vaguement poétique, un peu comme des haikus, un peu qui m’étonnent à distance et dont le style est laborieux. C’est l’accumulation qui est signifiante, peut être. Voici les deux premiers mois, novembre et décembre 2017. Une des notices, non répertoriées dans mes notes de terrain mais remémorée grâce à son écriture, constituera l’ouverture d’un article : Galitzine-Loumpet A. & Saglio-Yatzmirsky M.C.(2019), Enjeux de langues et conjonctures en situation migratoire, in Traduction et Migration, A. Castelain (dir), Presses de l’Inalco, 2019, pp. 185-206

Dedans / Dehors, Paris novembre- décembre 2017

Dehors

Ces hommes n’ont pas de corps, ni jamais froid, ni jamais faim. Le sommeil ne les affecte pas. Ni l’épuisement, ni l’angoisse. Leurs mains ne gèlent pas. Les exilés n’appartiennent pas au monde commun. Ils sont comme une autre espèce

 Dedans

Ils regardent les interprètes. Ils sont épuisés. Ils ne comprennent aucune des langues. Cela va vite, il y a du bruit. Et tellement d’informations. Parmi les recommandations la suivante : « Il ne faut jamais faire sa prière à la préfecture… ». Ma collègue traduit en anglais. Etre exténué dans des langues incompréhensibles. Et même en français ne pas comprendre.

Dehors

Il dit qu’il va demander son retour. Qu’on le tue là-bas, qu’il meurt ici. Sur ce bout de couverture. Dans le froid et la pluie. Dans les ordures. Là-bas dit-il, au moins je mourais avec un toit sur la tête. Quelques visages amis..Je n’ai plus de force.

Dedans

Il fait très chaud dans les box des îlots. Elle enlève les draps des transférés. Il y a des inscriptions sur les murs et les matelas. Dans toutes les langues. Elle dit qu’elle ne supporte pas cette chaleur et ouvre la porte. Son chariot est lourd. Un homme se recroqueville sous le drap qui le recouvre entièrement. Lui il a froid d’un grand froid. Il faut du temps pour réchauffer un corps glacé.

Décembre 2017

Dehors

Un homme âgé nous montre des ordonnances aux barrières extérieures. Et de nulle part, subitement, un groupe est là. Le jeune homme dit : Regardez, cet homme est vieux et ne voit pas bien. Comment fait-on pour entrer ? Nous sommes là depuis des semaines. Nous venons d’Irak. On n’a pas encore compris. On est pourtant là tous les jours. Nous ne savons pas répondre. Et n’avons pas encore compris, nous non plus.

Dehors

Elle m’appelle parfois vers minuit pour me demander. Si je parle l’amharique. Ou si je connais quelqu’un qui parle le dari, ou le bengali. Non, pas à cette heure. Sinon peut être un tel ou une telle sait qui le parle bien. Elle explique qu’un couple, ou une famille, dort chez elle. Qu’ils ne comprennent aucune autre langue que la leur. Qu’ils ne peuvent rester qu’une nuit ou deux chez elle. Que certains se verront proposer de dormir dans une voiture. L’association dit que cela doit tourner. Mais une voiture pour un couple avec enfants dont la femme est enceinte ?

Dedans

Il demande, dans son anglais à lui : « Is it a detention center ? ». Elle répond, dans son anglais à elle : « No, it’s a house  ». Et l’homme : « c’est comme ici ? ». Et la fille : « c’est une vraie maison ». Elle lui donne un ticket de métro et des explications jusqu’à la gare. Mais pas le billet pour rejoindre le Pradha. Au fin fond de l’île de France depuis la gare Saint Lazare. Et elle ne lui explique pas qu’il est assigné à résidence.

Dedans

Il a 8 ou 9 ans, il revient le jour avec sa famille. Vif comme l’or et comme chez lui en ce lieu. Il demande en anglais à un agent de sécurité combien celui-ci parle de langues. L’autre répond : trois, en comptant le wolof. Le petit afghan se rengorge : moi dit-il, j’en connais six – le pashto, le dari, le serbe, le grec, l’allemand. Et j’apprends le français . Il est fier, le petit, des langues apprises dans les pays traversés.

Dedans

Il est grand et respectable. Il me dit – avant j’employais le mot « Marshak » en arabe pour dire “le centre”. Quelqu’un m’a dit qu’en arabe algérien ce mot veut dire « bordel ». Je suis ennuyé. Quel mot vais-je maintenant utiliser ?

Dehors Continuer la lecture de « Chrononyme 2 – Dedans / Dehors, Paris novembre- décembre 2017 »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search