Chronique 3. Vintimille, frontière (1). 20 Juillet 2020

Ces petits billets ont été publiés au jour le jour sur une page facebook, au gré de l’envie, au gré de leur apparition, du désir de laisser trace de la pluralité des actions et des paroles entrecroisées.

20 juillet 2020 

Il dit qu’il a 17 ans et que sa date de naissance a été changée, qu’il n’a pas compris ce qu’on lui disait parce qu’il n’y avait pas d’interprète ;
Elle lui demande s’il veut un café.
Il parle de M. à Calais, qui l’a aidé et qu’il n’oubliera jamais.
Elle voit que la seule chose traduite c’est cet avertissement sur l’arbre.
Elles parlent du ‘social passing’, de vêtements et chaussures. Ils choisissent soigneusement des habits dans une valise ;
Ils disent qu’ils les accompagnent prendre le bus pour retourner vers Vintimille après avoir été refoulés à la frontière haute, au cas où il y aurait un problème.
Ils sont très jeunes. Ils montrent le papier de refoulement, la date de naissance dit encore une fois qu’ils sont nés en 2001, ce qui est faux. Qu’ils sont Sdf à Vintimille. Ils ont été enfermés à Malte huit mois, ils disent que c’est comme la Libye. Ils prennent le bus.
Elle se demande si l’aide humanitaire suffit seule, à quoi elle sert si elle ne sert qu’à nourrir et à sourire, à encourager. Quoi d’ailleurs ?
Il fait très chaud et la mer est très bleue.
AGL, Initialement publiée sur FB
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search