Chronique 6 (2). 30 juillet 2021. Frontières hautes.

30 juillet 2021

– Du Poste frontière de Menton : où deux familles avec 8 enfants dont deux lourdement handicapés sont refoulées par la PAF, sans qu’on leur donne de l’eau ni l’accès aux toilettes, littéralement comme des chiens – avec enfants et bagages et une montée de 11 kms à gravir – même pas reçus, un geste de la main pour les chasser;

-Du centre d’ une association internationale qui ouvre ses portes pour du repos – et les remet dehors à 18 h, sans solution – où plutôt, laisse un médiateur-pair faire ce sympathique travail ;

-De cette heure grise entre 17h30 et 18 h 30 où subitement plus personne ne répond, plus personne n’est joignable* – seuls les collectifs qui essayent de trouver des solutions malgré tout;

-Des petits qui jouent en attendant, du père qui pleure, du hurlement de l’enfant handicapé dont la mère change la couche et dont les fesses sont couvertes d’escarres;

-De la dame de l’asso historique de la région qui me demande où je me crois, que non ils n’ont pas d’argent pour des chambres d’hôtels – ils ont déjà du dormir dehors hein, et d’abord comment sont- ils arrivés là, et d’ailleurs quelles chambres ? la ville est pleine de touristes et les hôtels refusent les exilés;

-De la longue file de cette famille qui marche vers la zone de distribution près du cimetière, et des insultes ou commentaires racistes des crétins du bar – qu’heureusement ils ne comprennent pas – mais moi si ;

-Des scouts qui chantent et dansent, des exilés qui boivent trop, perdus, des compagnons – et des collectifs – de toutes les solutions esquissées , y compris illégales ( mais qu’est ce que la légalité ici ?) avant le dénouement ;

-Des deux flics italiens présents, dont l’une se met à téléphoner – et pour la première fois tout le monde se dit que quelque chose de nouveau se passe, à un niveau institutionnel, – avant qu’il ne s’avère qu’elle parlait à la femme solidaire déjà contactée ;

-Et du gamin handicapé qui hurle encore de l’autre qui rit sans s’arrêter, des mères qui pleurent de fatigue et des passeurs qui font leur business autour des dispositifs de la frontière;

-Et des personnes contactées pour traduire, parfois de très loin, pour demander de dire de faire confiance, de ne pas acheter d’improbables passages en montagne (!) – mais pourquoi feraient ils confiance alors que justement aucune proposition ne fonctionne et que de nombreuses sont faites, selon les points de vue des collectifs et associations, mais jamais dans la langue, jamais audibles ;

-Et de la solution qui vient de paroissiens extérieurs à la ville – toutes autres églises refusant -, et des évangélistes qui n’ont rien proposé mais qui en ont profité pour tenter de convertir;

-Et de bien d’autres choses encore, réactions contradictoires et actions et gens remarquables, que je ne nommerais pas pour qu’ils continuent à agir, de coups de fil en négociations;

-Et de cet absurde bordel – comment dire autrement ? , de cette colère et de cet épuisement – de cette honte terrible, au delà des mots, une fois encore.

Bienvenue dans “l’esprit de villégiature” de la Riviera- Bienvenue dans la politique migratoire de l’Europe.

* Post-scriptum : un certain nombre de personnes prendront leurs responsabilités le lendemain pour trouver une solution provisoire, informer les familles, les encourager.

ALG

L’objet de la migration, le sujet en exil

Sous la direction de Corinne Alexandre-Garner et Alexandra Galitzine-Loumpet
Presses universitaires de Nanterre, novembre 2020
Cet ouvrage collectif de la collection « Chemins Croisés » propose de partir des objets de la migration pour appréhender la condition des sujets en exil. Tour à tour vestiges, déchets ou reliques, rares ou courants, les objets rapportent la pluralité des lieux, des frontières aux campements, des espaces de soin psychique aux scènes littéraires et visuelles, de la maison au musée. À l’inverse, l’expérience de la migration transforme les objets, leurs fonctions et usages techniques et sociaux. Selon les situations, un rasoir ne sert plus à raser, un saz est bien plus qu’un instrument de musique, une peluche est autre chose qu’un jouet. Les objets mettent ainsi au jour les savoir-faire et savoir-être des exilés tout autant qu’ils rapportent les violences politiques et servent d’ancrages mémoriels. Hors de l’expérience des sujets, certains deviennent emblématiques des représentations des phénomènes migratoires, à l’instar du gilet de sauvetage, plus symbole de mort que de vie. C’est précisément l’objet de ces contributions multidisciplinaires que d’interroger l’existence d’une culture matérielle de la migration et dans la durée d’une langue matérielle de l’exil, de montrer en quoi l’objet fait trace et comment il fait place au sujet.
Prologue – Barbara Cassin
Avant-propos – Corinne Alexandre-Garner
Introductions
Ce qui reste des vies, des lieux, et des objets de la migration-
Michel Agier
De/dans et de/hors : objets et sujets dans la migration et l’exil-
Alexandra Galitzine-Loumpet

Objets vécus
Métamorphoses de l’absence. Le gilet de sauvetage – Eugénia Vilela
L’Île 88- Chowra Makaremi
Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier – Anouche Kunth
Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile – Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky
Des cadeaux et des exilés : une clinique du présent – Laure Wolmark
De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé – Olivier Douville
L’amulette – Saskia Cousin
Disques de musique classique et haut-parleurs : le refus du statut de migrant d’un libanais installé à Malte- Virginia Monteforte & Elise Billiard-Pisani
Le banc public, une infrastructure de/dans la migration-Anna-Louise Milne

Objets narrés
La tristesse des meubles : motion et émotions des objets dans Kétala de Fatou Diome – Catherine Mazauric 

L’usage symbolique du monde des objets dans La Valise de Sergueï Dovlatov- Catherine GéryDe la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : exil e(s)t poésie –Kadhim Jihad Hassan
Le kandjar et le fez dans America, America d’Elia Kazan – Esther Heboyan
À la recherche du lieu perdu, le tapis – Cécile Oumhani

Displaced objects
Displaced objects, le musée déplacé de l’exil – Alexandra Galitzine-Loumpet
Le cahier de noms – Agathe Nadimi
L’acte de naissance – Lancine C.
La carte mémoire – Adama K.
Clavier A Đ E R T Y – Myriam Dao
Le livre de recettes. De Prusse à Lahore, un livre de recettes juives en exil – Gerden Jonker
La soupière – Alexis Obolensky
Les cuillères – Luiz Eduardo Prado
Les trois verres  – Gabriella Zalapì
La pierre –Léda Mansour
Le châle vert de ma grand-mère –Nisrine Al Zahre
La peluche– Elzbieta Neyman
Le saz – Emilie Da Lage & Beshwar Hassan
Les valises – Rachel Cohen
Le miroir. D’une rive l’autre – Claire Reverchon
Le taleth – Gilbert Cabasso
L’icône – Hélène Jenny-Galitzine

En guise de conclusions…
Le bois des épaves  – Evelyne Ritaine
Subjectiver des objets – Christiane Vollaire

Notices bio-bibliographiques
Résumés/Abstracts

 

Continuer la lecture de « L’objet de la migration, le sujet en exil »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search